Astuces pratiquesMaison

Comment faire des économies avec son assurance de prêt immobilier ?

Si toutes les banques imposent désormais l’assurance de prêt immobilier, c’est parce qu’elle joue un rôle primordial dans les relations entre le banquier et l’emprunteur. En tout premier lieu, elle protège l’emprunteur et sa famille des éventuels litiges qui pourraient survenir pendant le remboursement du prêt immobilier. Elle se substitue à l’emprunteur lorsqu’il se retrouve dans l’incapacité de rembourser le prêt, en général en cas de décès, d’incapacité physique ou de perte d’emploi. Cette assurance joue le rôle de garantie pour la banque qui accorde le prêt immobilier.

On comprend donc aisément l’utilité et l’intérêt de cette assurance pour l’emprunteur comme pour la banque. Son coût est variable en fonction des garanties choisies et des critères pris en compte. Toutefois, il existe plusieurs astuces permettant de faire des économies sur votre assurance emprunteur. En premier lieu, il faut savoir que ce coût est généralement plus élevé chez les banques classiques que chez les assureurs externes. Ceci dit, voici quelques conseils qui peuvent très facilement vous permettre d’économiser plusieurs milliers d’euros qu’il s’agisse d’une assurance souscrite auprès de votre banque ou d’une assurance externe :

  • Toujours négocier le taux de l’assurance ;
  • Faire jouer la concurrence en comparant plusieurs offres ;
  • Jouer sur la quotité de l’assurance (le taux de couverture) ;
  • Essayer de renégocier votre assurance chaque année.

Quels sont les critères pris en compte par les assureurs ?

Le coût de l’assurance est déterminé en fonction d’un certain nombre de critères. Les deux premiers sont le montant emprunté et la durée de remboursement. Le coût est aussi fonction de votre profil : âge, état de santé, profession, si vous fumez, etc. Les banques se fondent souvent sur tout cela et proposent des contrats de groupe qui mutualisent les risques emprunteurs. Vous en saurez davantage sur le site maaf.fr.

Négocier le taux de l’assurance

Dès le départ, vous êtes en mesure de faire des économies sur votre assurance de prêt immobilier. En effet, ces types de contrats ne sont pas adaptés à votre situation personnelle. En fonction des particularités de votre situation, n’hésitez pas à négocier le tarif de l’assurance. Faites valoir que vous présentez moins de risque que monsieur tout le monde. Par exemple, si vous travaillez à domicile, vous ne risquez pas d’être victime d’un accident de trajet pour vous rendre sur le lieu de votre travail.

Réduire les frais de dossiers inhérents à votre assurance

Il est également possible de réduire les frais de dossiers qu’applique la banque dans le traitement de votre prêt immobilier. En effet, les banques ne se privent pas pour facturer des frais de dossiers. Ces frais sont pris en compte au moment de calculer le coût global de votre prêt immobilier. Là aussi il est possible de négocier ces frais à la baisse afin de réduire les coûts de votre assurance emprunteur.

Faire jouer la concurrence en comparant plusieurs offres

C’est une pratique très à la mode aujourd’hui.

Il est important de faire établir plusieurs devis avant de se décider à souscrire une offre.

Les devis vous sont proposés gratuitement, alors n’hésitez pas à en demander à plusieurs compagnies d’assurance concurrentes. Cela vous permet de comparer les différentes offres pour choisir la meilleure ou la plus avantageuse. Bien évidemment, il ne faut pas perdre de vue qu’il faut surtout comparer les offres ayant un niveau de garantie équivalent.

Cette pratique a de nombreux avantages, dont deux principaux. Elle vous permet non seulement de choisir l’offre la plus intéressante, mais aussi de forcer la main à certaines compagnies. Il est possible de demander à un assureur de se conformer à l’offre la moins chère qui vous a été proposée. C’est la définition même de ce qui s’appelle faire jouer la concurrence.

Faire appel à la délégation d’assurance de prêt immobilier

Dans la pratique, lorsque la banque vous demande de souscrire une assurance emprunteur avant de vous octroyer un prêt immobilier, elle vous propose systématiquement sa propre assurance emprunteur. Mais vous n’êtes pas tenu de l’accepter. Vous êtes totalement libre de choisir une autre compagnie pour vous assurer. Ce sont les dispositions de la loi Lagarde de 2010. En d’autres termes, elle vous permet de souscrire une assurance emprunteur auprès d’un organisme qui n’est pas le prêteur. C’est ce que l’on appelle la délégation d’assurance.

Cette loi a libéralisé le marché de l’assurance de prêt immobilier en faisant baisser les prix. Ainsi, vous avez la possibilité de trouver facilement sur un marché très concurrentiel l’offre la plus adaptée à vos besoins. Vous bénéficiez alors de plusieurs avantages.

La délégation vous permet de choisir les garanties dont vous avez le plus besoin, de négocier de meilleurs prix et de réévaluer en permanence la cotisation de l’assurance qui peut se faire en fonction du capital restant à rembourser. Ce qui a pour effet direct de faire baisser la cotisation au fur et à mesure que le montant emprunté diminue.

Choisir une assurance aux garanties équivalentes (critères CCSF)

La délégation d’assurance est une bonne chose. Mais pour qu’elle fonctionne, elle doit répondre à certaines conditions. En effet, si vous refusez le contrat proposé par le prêteur pour choisir une offre plus avantageuse, vous devez veiller à ce que les nouvelles garanties soient équivalentes ou supérieures à celles proposées par le prêteur. À défaut, la banque prêteuse refusera votre demande de délégation. Il s’agit là de conditions fixées par l’article L312-9 du Code de la consommation.

La banque prêteuse s’assure en effet que vous ayez souscrit une couverture optimale afin que vous puissiez la rembourser en cas de problèmes. Pour l’occasion, le Comité consultatif du secteur financier (CCSF) a mis en place une liste de 24 critères d’équivalence. Il y a 18 critères d’équivalence pour les garanties décès, perte totale et irréversible d’autonomie (PTIA), incapacité temporaire totale, invalidité permanente totale et partielle. Il y a 8 critères pour les garanties de perte d’emploi.

Jouer sur la quotité de l’assurance (le taux de couverture)

La quotité est un terme parfois difficile à cerner pour certaines personnes. Quand vous souscrivez à une assurance emprunteur à deux (en couple par exemple), la quotité est le capital que vous avez chacun garanti. Autrement dit, votre quotité est votre niveau de couverture. Elle est fixée en fonction du profil de chacun des deux emprunteurs. Si vous contractez seul le prêt, la banque vous réclamera une quotité de cent pour cent (100 %).

L’objectif étant d’assurer la totalité du montant emprunté. À deux, vous êtes en mesure de moduler les quotités pour atteindre 100 %. Ainsi, vous pourriez avoir droit à des répartitions de l’ordre de 50-50 %, 60-40 %, 70-30 %, etc. La quotité à 50 % est un choix judicieux si aucun des emprunteurs ne présente un risque médical particulier. C’est pareil s’ils ont des revenus similaires. Une bonne répartition de la quotité permet de faire des économies sur le coût de l’assurance.

Il est également possible de dépasser le plancher des 100 %. Chaque participant au prêt peut être couvert à 100 %, ce qui donne une quotité de 200 %. C’est une couverture complète qui protège un conjoint en cas de décès de l’autre. Dans ce cas, le conjoint survivant n’aura rien à payer à la banque. Il sera dispensé d’honorer les échéances futures qui seront réglées par l’assurance. Cette option offre une couverture optimale, mais elle représente également l’option la plus coûteuse.

Renégocier son assurance de prêt immobilier tous les ans

Une fois que vous avez souscrit une assurance de prêt immobilier, il peut être judicieux d’en renégocier les termes chaque année. À chaque échéance annuelle, il est possible de revoir à la baisse le coût de la cotisation. Si vous tentez de négocier et que votre assureur n’est pas disposé à le faire, vous pouvez choisir de résilier le contrat. Cela vous permettra d’aller à la recherche d’un taux qui vous sera plus avantageux. Cette démarche est prévue par la loi Hamon de 2014.

Il permet de résilier le contrat d’assurance emprunteur à tout moment lors des 12 premiers mois de sa souscription. Pour ce faire, vous devez envoyer la demande de résiliation par l’intermédiaire d’une lettre recommandée avec accusé de réception. Cela doit être fait au plus tard 15 jours avant l’échéance la première année. En outre, si le crédit a plus d’un an, il est possible de résilier le contrat chaque année à la date d’anniversaire de sa souscription.

Toutefois, vous devez respecter un préavis d’un ou deux mois avant la date d’échéance. Ce critère a été ajouté par la loi Bouquin de 2017. L’amendement Bouquin permet de changer votre contrat d’assurance emprunteur pour faire jouer la concurrence. Il est possible de le faire, mais toujours à condition de respecter les conditions d’équivalence des garanties. Le procédé est semblable à celui utilisé dans le cadre d’une délégation d’assurance de prêt immobilier.

En résumé, avant de vous engager, n’hésitez pas à comparer plusieurs offres d’assurance et à choisir celle qui propose les mêmes garanties ou des garanties supérieures à un moindre coût. Néanmoins, il est recommandé de commencer par négocier avec sa banque avant de décider de résilier le contrat d’assurance de prêt immobilier. Sachez enfin que si vous êtes fidèle à votre banque depuis de nombreuses années, elle vous proposera plus facilement une assurance à un coût moins élevé par rapport aux nouveaux clients.

Show More

Françoise

Bonjour, je m'appelle Françoise ! Retrouvez toutes mes astuces et mes conseils pratiques sur mon site.

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close